La Tradition se poursuit

Cette page d’histoire de la Vieille-Capitale débute avec la fondation de la congrégation des Sœurs Dominicaines de l’Enfant-Jésus, le 16 septembre 1887. La fondatrice, Philomène Labrecque (1852-1920) qui s’appellera désormais Sœur Marie de la Charité devra toutefois attendre en 1913 pour que sa congrégation acquière sa pleine autonomie.


Les Dominicaines cherchent alors un endroit pour s’installer et c’est finalement le 28 août 1914 qu’elles signent le contrat d’achat de la villa Elm Grove, de ses dépendances et du magnifique domaine qui l’entoure pour finalement s’y installer le 7 septembre suivant.

Outre leur travail de maintien du service d’entretien et de cuisine qu’elles assurent au Séminaire de Québec, les Sœurs désirent se consacrer aux soins hospitaliers. Recueillant d’abord des prêtres retraités, malades ou en fin de vie, elles prodigueront également leurs bons soins aux laïcs cinq ans plus tard grâce à l’ajout d’une nouvelle aile adjacente à la villa. L’ensemble sera par la suite connu sous le nom de couvent Saint-Joseph.

Deux autres travaux d’agrandissements viendront s’ajouter quelques années plus tard. En 1938 une aile du côté est de la villa complètera le couvent des Dominicaines mais c’est en 1956 que le Pavillon Saint-Dominique verra le jour, offrant alors 150 lits pour des soins de longue durée.

La mission se poursuit.

 

Spécialisées dans le service hospitalier, les Dominicaines ont aussi fait leur marque de bien des façons. Elles ont entre autres fondé l’Hôpital de l’Enfant-Jésus à Québec, l’Hôpital du Très-Saint-Rédempteur à Matane en plus d’un nombre important d’hôpitaux, d’écoles d’infirmières et de centres de santé en dehors des frontières canadiennes. En 1964 les Dominicaines de l’Enfant-Jésus s’unissent aux Dominicaines du Rosaire de Trois-Rivières. L’expérience étant concluante, le Vatican entérine cette union trois ans plus tard… la communauté prendra alors le nom de Dominicaines de la Trinité.

 

Le 17 septembre 2010, les Sœurs décident de vendre leur propriété à des investisseurs privés qui désirent maintenir cette longue tradition de soins de qualité. L’entente prévoit de plus que les Sœurs puissent demeurer au Domaine Saint-Dominique pour recevoir à leur tour des soins de qualité qu’elles ont prodigués avec tant de dévouement, année après année.

Et la tradition se poursuit… le Domaine Saint-Dominique s’inscrivant encore aujourd’hui parmi les établissements de soins les plus réputés.

 

Chapelle et vie spirituelle

La Congrégation des Dominicaines de la Trinité fait toujours partie intégrante de la vie au Domaine Saint-Dominique. Elles y ont enraciné leur tradition d’accueil et de partage avec les résidents depuis de nombreuses années.

Reconnaissant l’importance de la foi religieuse pour ses résidents, les services pastoraux sont offerts pour procurer un accompagnement dans l’expression de la vie spirituelle et religieuse :

  • Messe quotidienne à la chapelle;
  • Récitation quotidienne du chapelet;
  • Aumônier résident;
  • Retraite annuelle.